visites

2ème édition de « Ramadan pour tous », l’ACMT réunit les musulmans, les chrétiens et les tenants de la tradition

Le Ramadan est le neuvième (9) mois bénis du calendrier Islamique pendant lequel il est demandé à tout musulman majeur de jeuner du matin jusqu’au soir afin de magnifier la grandeur infinie de Dieu. C’est une période au cours de laquelle le fidèle sacrifie son corps et sa pensée mais aussi un moment de solidarité et du pardon entre les musulmans d’une part et entre les musulmans et les non musulmans de l’autre.

Pour accomplir ces prescriptions religieuses, l’association des cadres musulmans du Togo (ACMT) a choisi réunir les musulmans, les chrétiens et les tenants de la tradition dans le cadre de la 2ème édition de « Ramadan pour tous » qu’elle organise en période de carême afin d’échanger sur des faits sociaux qui freinent la vivre ensemble. La corruption et le divorce sont les thèmes centraux autour desquels ces hommes d’obédience religieuse différente ont débattu mais aussi des questions touchant entre autre, l’éducation, la femme et l’actualité internationale ont fait l’objet de discussion ce samedi 03 juin 2017 à Lomé.

Pour le parrain de cette 2ème édition, EL-Hadj Ahmed Esso-wavana Adoyi, il est important de réunir les musulmans, les chrétiens et les tenants des us et coutumes pour discuter des thèmes intéressant la société au sein de laquelle nous vivons tous. « Nous sommes tous créatures d’un même Dieu, Allah et nous appartenons tous à un même pays, le Togo dont l’Hymne national nous apprend à vivre ensemble et à nous accepter mutuellement pour bâtir notre cité », a-t-il fait comprendre avant d’ajouter que cette cohésion pacifique est très chère au président Faure Essozimna Gnassigbé.

Présent à cette occasion, le Président de l’union musulmane du Togo El Hadj Inoussa Bouraïma à salué l’initiative de cette association car selon lui, ‘‘les recommandations divines  nous invitent à nous unir, à consolider les relations humaines et à participer au développement de la cité au sein de laquelle nous vivons’’.

Une occasion qui à permis aux différents participants d’échanger et désormais de s’accepter sans préjugés qui sont depuis la nuit des temps pourris la cohabitation. Le pasteur Samuel Antony de l’Eglise de Dieu Vivant en Jésus Christ, s’est réjouit de la richesse des échanges et a invité les siens à accepter les autres sans préjugés.

                                                                                                                    Kévin