visites

560 milliards FCFA de recettes touristiques en 2016 au Cameroun

Ce résultat, selon les données compilées par Jumia Travel, confirme la progression du tourisme camerounais par rapport à 2015, où le pays avait obtenu 532 milliards FCFA, soit €811 millions de recettes.

S’il y a un secteur d’activité́ qui ne connait pas de crise au Cameroun, c’est bien celui du tourisme. L’industrie touristique représentait 3,1% du PIB du pays en 2015, et 5,3% en 2016, si l’on s’en tient aux estimations de la Banque mondiale. Mieux, le Cameroun a terminé l’année 2016 avec 560 milliards de FCFA, soit €854 millions de recettes touristiques, selon des données compilées par Jumia Travel, premier portail de réservation d’hôtels en ligne en Afrique. Ce résultat confirme la progression par rapport à 2015 où le pays avait obtenu 532 milliards FCFA (€811 millions) de recettes de ce secteur. «Malgré les deux points perdus au premier trimestre de 2016, la croissance nette du pays autour de 5,6% continue d’être stable, soutenue notamment par le secteur pétrolier», peut-on lire dans le rapport intitulée Hospitality Report: Cameroun 2017, présenté́ à la presse le mercredi 29 mars 2017 à Douala.CEMAC-Apr4-Tourism2

Le tourisme camerounais tient sa très bonne santé au secteur des services. Il est, selon Guillaume Pepin, directeur Afrique de l’Ouest et Centre de Jumia Travel, le principal moteur de la croissance du Cameroun avec 48% contre environ 30% pour l’industrie et 22% pour l’agriculture. D’un point de vue purement touristique, le Cameroun dispose d’atouts naturels notamment « les deux sites éco-touristiques très âpréciés par les touristes internationaux : la réserve de faune du Dja et le tri-national de la Sangha, des sites qui sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco », indique le rapport Jumia Travel. Le charme du pays vient aussi du fait qu’il possède plus de 12 sites touristiques en attente de validation pour intégrer la très convoitée liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Entre autres, la chefferie de Bafut au Nord-Ouest, les chutes de la Lobé, le Parc national de Waza et le Lamidat de Rey-Bouba. « Le Cameroun dispose d’atouts extrêmement importants d’un point de vue développement touristique », estime Guillaume Pepin. Globalement, analyse Barro Njamen, qui est expert en Management du tourisme durable, «les événements sportifs, culturels, économiques, les conférences et congrès, les projets structurants, ont beaucoup contribué à la croissance de ce secteur». Le taux des arrivées internationales connait une nette augmentation depuis les cinq dernières années. En revanche, les autres formes du tourisme de loisirs et découverte connaissent une baisse importante du fait des problèmes liés à l’instabilité́ de la destination Nord-Cameroun.

Le Mont Cameroun (4100 mètres d’altitude), site marquant du pays, fait partie des 10 plus hauts sommets d’Afrique. La bonne santé du tourisme camerounais pourrait être améliorée puisque les autorités ambitionnent une croissance à deux chiffres à l’horizon 2020. Ceci grâce à la construction du monument de la “Mère de l’humanité́” dans la ville de Kribi. Cette statue offerte par l’association Act of Random Kindness (ARK Jammers), devrait mesurer 95 mètres et attirer plusieurs milliers de touristes chaque année.

L’apport du tourisme dans l’économie nationale n’est plus à démontrer. Le secteur représente environ 2,7% des emplois en 2015.

 

Source: CEMAC Business