visites

A quand le retour de la commémoration tournante du 27 Avril?

L’organisation tournante des fêtes de l’indépendance est une idée ancienne en Afrique francophone. Le principe, qui consiste à organiser le grand défilé militaire et civil dans chacune des villes d’un pays, à tour de rôle, en édifiant au passage routes, écoles, hôpitaux, structures administratives et hôtelières dans les principales villes, date  des indépendances. Au Togo, cette idée a été expérimentée avec la prise du pouvoir de Faure Gnassingbé. Et c’est la ville de Dapaong, chef-lieu de la région des Savanes, située  à plus de 600 km au nord de Lomé qui a eu la chance unique d’abriter la célébration du 27 avril en 2007. Malheureusement, depuis ce temps, rien n’est plus fait dans ce sens. Il urge aujourd’hui, de relancer cette initiative qui a l’avantage de favoriser le développement des différentes grandes villes du pays.

Si déjà en 1960, le premier président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouet Boigny avait senti la nécessité de célébrer d’une façon tournante la fête de l’indépendance de son pays et a tenu le cap jusqu’en 1979 avant de rompre avec cette tradition, c’est qu’il avait vite compris que cette méthode était une occasion unique et rapide de développement du pays à travers ses grandes villes. Aujourd’hui, plusieurs pays d’Afrique s’inscrivent dans cette dynamique. On peut citer le Gabon d’Ali Bongo N’dimba, le Congo de Dénis Sassous, le Bénin de Patrice Talon, le Tchad d’Idris Déby, les Comores, le Niger de Issifou Mahamadou et que sais-je encore.

Les raisons de la nécessité de la commémoration tournante du 27 Avril

Grâce à l’expérience de 2007, la ville de Dapaong a vu la construction de plusieurs infrastructures aussi bien hôtelières que routière. Plusieurs axes principaux de la ville de Dapaong ont connu la couleur du macadam donnant ainsi une nouvelle image à la localité. L’organisation du 27 Avril 2007, à Dapaong a donc permis à cette ville de connaitre un certain développement qu’il n’aurait pas connu à ce jour n’y été la commémoration de la fête de l’indépendance dans cette ville. Ainsi, la célébration tournante de la fête nationale de l’indépendance du Togo si elle avait été poursuivie comme enclenchée en 2007, aurait aujourd’hui, neuf ans après de parcourir toutes les grandes villes du Togo et de facto permis le développement de ces villes, qui ne disposent pas encore de grandes structures surtout en terme d’hôtel de grand standing pouvant accueillir de grandes personnalités. Au Gabon par exemple où cette idée continue de faire du chemin depuis 2002, après une première expérience qui a durée de 1970 à 1979, chaque province ou ville qui accueille la fête nationale, dispose d’un budget de 500 million pour l’emménagement de la ville à travers la construction des locaux de la préfecture, de la mairie, des écoles, l’adduction d’eau, l’électrification des principaux quartiers, le bitumage des principaux axes de la ville, la réhabilitation des voirie, le curage des caniveaux.  Au Congo par exemple, grâce à la célébration tournante de  la fête nationale, les principales villes du pays disposent d’un grand stade de football sur lequel a lieu l’apothéose de la fête. Ceci permet, le développement du sport dans la localité.

Outre la construction des infrastructures, la célébration tournante de la fête de l’indépendance dans les principales villes du pays, a pour avantage d’impliquer et de faire adhérer toute la population, à cette célébration. Car, la localité qui accueille la commémoration, se verra entièrement impliqué et se sentira plus concerné. La preuve, la célébration de la fête de l’indépendance du Togo, n’a pas vraiment l’engouement qu’une fête nationale mérite d’avoir. Nombre de personne ne semblent pas être concerné par cette qui pourtant devrait rassembler l’ensemble des togolais dans l’unicité car la lutte pour l’indépendance du Togo a été faite par les togolais dans leur ensemble.

Il est donc nécessaire voire indispensable de redonner vie à cette belle et noble initiative de fêter d’une manière tournante l’anniversaire de l’indépendance du Togo, initiative qui, on ce sait pour quelles raisons a été arrêtée.