visites

ADDI repense la question de l’alternance au Togo

« Remettre le peuple togolais  au cœur  de l’action politique », c’est autour de ce thème que l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral(ADDI), a effectué le weekend dernier sa rentrée politique après l’élection présidentielle de 2015 à laquelle elle a pour sa toute première fois pris part.

Le parti a fait au cours de cette rentrée politique 2016, le bilan de l’année 2015, année au cours de laquelle l’ADDI a fait sa toute première expérience à une élection présidentielle avec la participation de son président national. Si la participation à cette élection semble négative en ce sens que l’alternance poursuivie n’a pas eu lieu, elle n’est aussi totalement nulle. En effet, l’analyse de cette participation à la présidentielle de 2015 a également permis au parti de comprendre que malgré ses nombreuses actions, elle, la formation politique ADDI reste méconnu dans certaines localité du pays. D’où un accent sera désormais mis sur la communication, selon le président national du parti Aimé Gogué. Cette  expérience permet aujourd’hui au parti après analyse, de comprendre la nécessité de changement de stratégie de lutte pour l’alternance politique que l’ensemble de la classe politique de l’opposition togolaise et une majorité de togolais recherchent vainement depuis un quart de siècle.

C’est à cet effet que les responsables de cette formation politique parlementaire  ont organisé une conférence publique sur la décentralisation en marge de cette rentrée politique. Occasion pour eux d’expliquer au public les enjeux de la décentralisation en générale et l’organisation des élections locales en particulier ainsi que la novelle vision du parti qui consiste à faire en sorte d’obtenir l’alternance en commençant par la base. Car pour l’ADDI, il faut repenser la lutte pour l’alternance en mettant de côté la stratégie qui a consisté depuis 1990 en la  recherche de l’alternance qu’au sommet de l’Etat. Démarche qui a montré ses limites. En effet, rechercher l’alternance à la base revient donc à poser la question de la décentralisation.  « Le  changement de paradigme consiste à accorder désormais plus de poids à l’alternance à la base, en un mot aux questions de réappropriation par les collectivités locales de la chose politique afin de construire à la base une démocratie très forte qui finira par atteindre le sommet », a martelé le président national de l’ADDI Aimé GUOGE dans son discours d’ouverture de cette rentrée politique.

Le parti politique ADDI n’est pas passé sous silence les problèmes de l’actualité auxquels font face la population à savoir la chevreté de la vie avec la flambée des prix des produits de première nécessité et surtout les questions de la corruption qui s’emble prendre corps au Togo. Justement sur cette question et dans le souci de renforcer l’rénale judiciaire et législatif de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite au Togo,  le parti ADDI prévoit a initié un projet de proposition de loi transmis à l’ensemble des formations politiques parlementaires et extraparlementaires, au chef de fil de l’opposition afin de recueillir leur propositions et amendements.