visites

Aké O’Lokan : « Il n’y a rien de plus beau que de façonner la paille »

Dans les jardins de l’Institut Français du Togo à Lomé, sont exposés du 30 septembre au 25 novembre, des œuvres d’art conçus avec de la paille. Une exposition baptisée le « sanctuaire » de l’artiste sculpteur et chanteur de la musique togolaise AkéO’lokan.  Avec  la paille, l’artiste  qui se dit « le gardien du temple » sculpte des personnes,  des animaux et souvent des scènes de vies.  Des œuvres gigantesques à  caractère  narratives   qui  réveillent les consciences et  rappellent le vivre  dans  le bien-être des individus et des sociétés.  Dans une interview exclusive,  Togoen marche vous  amène à la découverte de l’univers  de  cet homme hors norme  qui œuvre beaucoup pour la préservation et la  valorisation du patrimoine culturel et naturel.

TgM : Dites Aké, d’où vous vient l’idée de sculpter avec de la paille ?

AkéO’Lokan : La paille regorge beaucoup de vertu, elle occupe beaucoup de place en Afrique. La première richesse de l’homme c’est quand il  se trouve dans sa chambre et les anciens ont compris ce systèmeen  utilisant la paille pour toiler  les maisons. La paille enrichit les vaches et  les veaux.  Dans les grands rituels en Afrique, les ancêtres  utilisent au cas où l’or est en manque, la paille à la place de l’or pour redonner vie aux rituels qui se font dans le couvent. Donc je me dis en tant que fils et quelqu’un a grandi dans le couvent comme dans un sanctuaire, qu’il n’y’a rein de plus beau que de façonner la paille et  d’être fier de que je suis ou d’où je viens.

Quels messages véhiculez-vous quand vous façonnez de la paille pour réaliser des œuvres  d’art ?

AkéO’Lokan :Moi je parle de la préservation de la nature, des espèces en vue de disparition et du vivre  ensemble en général. A travers mes œuvres les enfants auront la chance de trouver ou de toucher les éléphants. Mes chefs d’œuvres permettront à  toute personne venus de l’extérieur de  se retrouver en Afrique. Elles véhiculent les messages, racontent des faits, façonnent, excitent et suscitent des critiques ; et c’est ce qui donne la force d’une œuvre d’art.On dit souvent la  beauté de l’art se trouve dans les yeux de celui qui le contemple.

Aké O’Lokan : « Il n’y a rien de plus beau que de façonner la paille »

Quelle est la source de votre inspiration ?

AkéO’Lokan :Je m’inspire de tout ce que nous vivons actuellement, de ce qui m’a été raconté et  ce que l’avenir nous réserve. Mes œuvres sont souvent construites sur certaines dimensions d’esprit. Je suis africain, et je dois être capable à travers mes œuvres de conter des histoires et  parler de nos us, coutumes et légendes aux étranger. Dommagepour la jeunesse si elle n’entreprend pas et aux africains qui ont le gout du risque en prenant la pirogue pour traverser l’océan afin de s’installer en occident.

Vous êtes également artiste chanteur, quelles sont les thématiques que vous abordez ?

AkéO’Lokan :Je suis un annonciateur.  Je chante souvent la préservation des foyers et  l’éducation des enfants. Toute personne recevra le message que je véhicule en fonction du moment et de l’oreille avec laquelle elle  écoute ma musique. J’ai à mon actif un album baptisé « Ago », composé de 10 titres. Assilakami, Essomelagno et Azolivovo sont quelques titres connus par les fans.

Votre dernier mot

J’invite tous les établissements scolaires, la jeunesse et les parents d’élèves de venir visiter l’exposition « sanctuaire » à l’institut français pour que nous puissions échanger. A la jeunesse togolaise, je leur exhorte à créer, chercher, fouiller, façonner car notre identité c’est ce qu’il ya en nous. Nous n’avons plus besoin de copier l’extérieur, nous devons chercher à écrire notre histoire pour un lendemain meilleur.

C. Agnindom