visites

Concours de recrutement d’enseignants : Dissuasion ou besoin de l’heure ?

Un concours national de recrutement d’enseignants au secondaire vient d’être lancé ce jeudi soir. Dans un communiqué rendu public au journal de vingt (20) heures sur la télévision nationale Togolaise (TVT), le ministère de la fonction publique et celui des enseignements primaire et secondaire lancent le recrutement de 1000 enseignants.

Après une sortie médiatique du ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara et son collègue des enseignements primaire et secondaire, Komi Tchakpele pour annoncer qu’il n’y aurait plus de discussion entre le gouvernement et les quatre (4) syndicats grévistes, un concours vient d’être lancé à cet effet. Pour l’heure, le corps enseignant s’interroge sur la portée de ce concours qui vise à recruter 1000 enseignants uniquement au sécondaire. Les togolais se demande si ce concours répond au manque du personnel enseignant où plutôt une mesure pour dissuader les enseignants grévistes comme ce fut le cas en 2000 où il était question d remplacer 3000 enseignants grévistes.

En analysant de très près les propos tenus pars les deux ministres sur le plateau de la TVT, tout portes à croire que ce concours loin de répondre à la question de manque du personnel enseignants reste plutôt  une menace pur les enseignants grévistes. Il est à rappeler qu’en 2000, ceux qui étaient recrutés pour remplacer les grévistes  sont aujourd’hui des grévistes. Bawara et Tchakpele en prenant une telle décision, ne se trouvent-ils pas dans un cercle vicieux ?

Mais l’autre aspect de la chose, est que d’ici janvier 2017, plus de 900 enseignants partiront en retraite. S’agit-il alors d’une anticipation pour remplace les partants ? Si telle est le cas, la décision est salutaire, vu le nombre des enseignants volontaires qui sont à la charge des parents d’élèves  cette décision serait une solution à saluer.

Mais néanmoins il importe d’émettre des réserves quant on connait la manière dont sont gérer les crises par les autorités togolaises. La Rédaction de Togoenmarche suivra de bout en bout l’évolution de ce dossier. Nous y reviendrons…

                                                                                                                                             Kevin