visites

Congrès extraordinaire du CAR, qui d’Agboyibor ou d’Apévon gagnera la bataille de la mobilisation ?

Prévu pour le mois de décembre dernier avant d’être reporté en ce début d’année 2017, le congrès extraordinaire de renouvellement des instances dirigeantes du Comité d’Action pour le Renouveau(CAR) de Me Agboyibor a lieu finalement ce vendredi 13 janvier et samedi 14 janvier 2017 à Lomé.

Ce grand rendez-vous vient mettre définitivement fin à la crise que ce parti a connu depuis novembre 2015 avec pour épilogue, la destitution du président sortant Paul Dodji Apévon remplacé par un comité intérimaire dirigé par Nador Awuku. Les délégués à ce congrès extraordinaire viendront de l’ensemble des comités préfectoraux du pays. Ce congrès est placé sous le signe d’un nouveau départ.

Après la démonstration de force faite par les dissidents du CAR en organisant le congrès de création de leur parti, les FRD d’une manière faste et rocambolesque, les yeux seront branchés du côté de Togo2000, le site  retenu pour ce congrès du CAR pour voir la réponse que ceux qui sont restés fidèles au parti des déshérités et à son président fondateur, Aboyibor vont donner à Apévon et aux FDR.

On peut comprendre sans nul doute le choix de Togo2000 pour la tenue de ce congrès extraordinaire du CAR quand on se souvient que les FDR avaient lancé leurs activités sur le terrain du baffons Saint Joseph. Le CAR pour montrer sa capacité de mobilisation et son rapport de forts aux FDR, on choix un cadre plus spacieux que celui des FDR.

Il faut noter que désormais et tout comme la situation qui s’était posée entre l’UFC et l’ANC après la scission, où le combat entre les deux partis était plus basée sur la mobilisation, il en sera de même pour le CAR et les FDR et le gagnant sera tout simplement celui qui pourra mieux mobiliser sur le terrain.

Déjà, on s’en souvient que la polémique s’était posée lors de la rencontre des présidents fédéraux qui avait destitué Apévon de la présidence du parti, quand les pros Apévon estimaient à l’époque que ce n’était pas les vrais délégués qui étaient à cette rencontre et que la majorité était de leurs côtés.

JCB