visites

DES FACTEURS QUI INFLUENTS SUR LES RÊVES

De nombreux facteurs influent sur les rêves. La qualité, le sens et la portée des songes peuvent varier à l’infini, selon le lieu et le temps. Il en est de même du délai de réalisation des messages que recèlent les rêves.

 L’INFLUENCE DU LIEU

Pour faire de bons rêves, il faut être dans  un lieu familier. Dès qu’on se trouve  dans un endroit étranger à ses habitudes, les rêves que l’on fait sont flous, bizarres, incohérents ou effrayants : car le double,  n’étant pas habitué aux lieux se met à divaguer comme une âme en peine.

Il peut arriver que, dans le rêve, se reflètent les traits marquants du lieu où se trouve le dormeur, ainsi que le prouve l’exemple suivant : deux jeunes gens s’étaient endormis sur une plage. Au plus profond de leur sommeil, ils se réveillent en sursaut, poussant de grands cris. Ils avaient rêvé qu’ils étaient emportés par les vagues. De fait, à cet instant précis, de violents ressacs s’abattaient à leurs pieds sur la plage.

En règle générale, pour être propice au rêve, le lieu où l’on se trouve doit être calme. L’exemple des jeunes  gens sur la plage prouve bien que le bruit provoque des rêveseffrayants, tandis qu’en un endroit calme, on fait de doux rêves.

D’autres facteurs liés à la qualité du lieu où l’on dort affectent la qualité des rêves, tels :

  • Le confort de la literie: il est courant que les rêves soient plutôt des cauchemars lorsqu’on est couché à même le sol ou sur une simple natte ;
  • L’orientation du lit: selon les musulmans, le lit doit être orienté de façon que le dormeur ait le visage tourné vers l’Est, la direction de la Mecque ;
  • La propreté du rêveur: il est recommandé de faire soigneusement ses ablutions et de veiller à ce qu’aucune goutte d’urine ne souille ses vêtements. Ceux-ci doivent être propre et, de préférence, de couleur blanche immaculée :
  • La position du dormeur: on recommande de dormir sur le côté gauche ou sur le dos. Dormir sur le côté droit ou la main sur la poitrine ou la main gauche sur la poitrine ou manger étendu dans son lit provoque des rêves flous et désordonnés dont on ne souvient plus au réveil ;
  • La présence de la disposition de certains objets dans la case: pour faire des rêve fastes, les recommandations les plus fréquents touchent à des objets familiers, tels le pantalon, qu’il faut suspendre au chevet du lit ; les chaussures qu’il convient de déplacer sous le lit, mais du côté où on met la tête ; l’oreiller sous lequel on met un os ancien ramassé dans un cimetière ; ou encore, chez les musulmans, le couteau qui a servi à égorger le mouton de la tabaski, à poser sous ou à la tête du lit.

La nuit où l’on désire de bons rêves, il est recommandé aussi d’entrer dans sa case à reculons, le visage tourné vers l’extérieur ; de même, si l’on a des eaux domestiques à jeter, on devrait  le faire, non par la fenêtre, mais par la porte et de l’intérieur de la chambre.

L’INFLUENCE DU TEMPS

Autre facteur déterminant pour les rêves, le temps, qui délimite des moments propices ou défavorables aux rêves.

Trois moments sont réputés particulièrement propices aux rêves. Il y a, d’abord, la première heure du sommeil. L’esprit vit, à ce moment, en équilibre harmonieux entre les évènements réels et l’imagerie du rêve. Satan n’a pas encore commencé ses rondes nocturnes. Les images apparaissent alors avec la même netteté qu’en plein jour ; de sorte qu’au réveil l’on n’a aucune peine à se souvenir de son rêve.

Viennent ensuite les heures de profond sommeil, au milieu de la nuit. L’esprit est alors totalement détendu ; mais Satan veille déjà, entouré de tous les mauvais génies. Cependant, si Dieu inspire un rêve, Satan et le siens sont impuissants à le troublé.

La troisième période se situe avant le premier chant du coq au moment du plus profond et du plus délicieux sommeil. Les mauvais génies se sont alors retirés pour ne pas être surpris par le jour et l’esprit est totalement libéré de toutes les contingences. C’est l’instant privilégié que Dieu choisit pour inspirer les hommes qui jouissent de ses faveurs.

La lune et le rêve

Symbole par excellence du temps, la lune exerce une influence décisive sur les rêves.

Ainsi, les rêves fastes qui annoncent des évènements heureuxse  situent  au premier, deuxième et trentième jour du mois lunaire.

On admet généralement que se réalisent dans un délai raisonnable les songes des quatrième, septième, huitième, douzième, vingt-sixième et vingt-neuvième jours ; les délais de réalisation sont beaucoup plus courts pour les rêves des neuvième, treizième, dix-neuvième et vingtième jours ; sont susceptibles de se réaliser les songes du unième jour du mois lunaire.

Tous les rêves des seizième, dix-septième et dix-huitième jours  se réaliseront rigoureusement  point par point.

S’il arrive de rêver le sixième jour du mois, il est déconseillé de communiquer le songe à un tiers, car, dans le cas d’un rêve faste, si on garde le secret, il se réalisera.

En revanche, un rêve du vingt-troisième jour ne se réalisera pas. Enfin, les rêves  des troisième, cinquième, vingt-quatrième, vingt-cinquième, vingt-septième et vingt-huitième jours n’ont pas de signification particulière.

RÊVES ET DELAI DE REALISATION

 De l’observation des délais de réalisation des différents rêves découlent quelques règles simple : on admet qu’existent des rêves qui se réalisent immédiatement ; d’autre, un peu plus tard ; d’autres encore, à beaucoup plus longue échéance.

De manière générale, lorsque le rêve porte sur des objets proches, il se réalisera dans les jours qui suivent ; lorsque les objets du rêve sont éloignés, il faut attendre plus longtemps pour qu’arrive l’événement annoncé. Enfin, quand on rêve d’animaux, le délai de réalisation du songe est en liaison étroite avec le temps de gestation de l’espèce.

 

Source

Interprétation des rêves dans la tradition africaine