visites

Echec des discutions entre les enseignants et le gouvernement

Après un calme précaire d’un mois dû au début des travaux du groupe de réflexion sur l’éducation au Togo, les enseignants reprennent la grève depuis hier mardi. C’est la conséquence de l’échec des négociations entre les enseignants et le gouvernement dans le cadre de réflexion dont les travaux ont accouchés d’une souris.

Selon les enseignants, les travaux du groupe de travail n’ont formulé que des recommandations, aucune proposition crainte n’a été faite sur les questions épineuses comme le statut particulier des enseignants  et l’augmentation des primes d’incitation à la profession enseignante. Les propositions du représentant des centrales syndicales qui souhaitaient qu’un moratoire de six mois puisse être accordé au gouvernement afin d’harmoniser les textes pour l’entrée en vigueur du statut particulier des enseignants. Une proposition battue en brèche par  les représentants du gouvernement évoquant les contraintes budgétaires. La proposition du représentant des centrales syndicales de pouvoir augmenter les primes d’incitation à la fonction enseignante aussi a été balayée du revers de la main.

C’est donc ce statuquo qui amène les enseignants à reprendre le chemin de la grève pour quatre jours à compter de mardi. Pour le porte-parole des quatre syndicats porteurs de la grève, la mise en place de ce groupe de travail ne valait pas la peine, car pour lui, le gouvernement a juste voulu gagner du temps et non pour résoudre la crise.

Des jours sombres s’annoncent encore pour le monde scolaire après cet échec des discussions et ce sont les élèves qui vont subir les conséquences de cette guéguerre entre les enseignants et le gouvernement alors qu’on est dans le dernier tournant de l’année scolaire.

JCB