visites

Education: voilà comment le gouvernement défend le ‘‘mandat social’’ de Faure Gnassingbe

Hier sur le plateau de la TVT,  Le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara et son collègue des enseignements primaire et secondaire, Komi Tchakpele  ont clairement indiqué la position du gouvernement face aux revendications des enseignents. selon eux, il n’y aura pas de discussion avec les quatre (4) syndicats d’enseignants qui sont en grève. A cette allure, les togolais s’interroge sur la portée du ‘‘mandat social’’ tant proclamé par le chef de l’Etat après sa réélection.

Alors qu’il y a une semaine le ministre de l’enseignement primaire et secondaire rencontrait les responsables syndicales pour essayer de trouver un terrain d’entente. Mais ce qu’il n’avait pas réussi, provoquant la descente dans les rues des élèves pour réclamer leurs enseignants.  Après moult tractations, le gouvernement sensé prôner l’apaisement et le dialogue opte pour le passage à force. Pour les ministres Gilbert Bawara et Komi Tchakpele, le gouvernement prendra plutôt des dispositions idoines et particulières pour sécuriser les établissements scolaires et garantir la dispensation des cours par les enseignants au lieu de discuter avec ces derniers.

« La sécurité sera assurée, la sérénité sera garantie, les cours seront dispensés. D’une manière ou d’une autre, les mesures seront prises à cet effet, l’année scolaire sera assurée et ne sera pas une année scolaire au rabais parce que le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que tous ceux qui ont envie de travailler, travaillent », a déclaré Gilbert Bawara à la  TVT.

Selon eux, des dispositions seront prises pour contrôler la présence des enseignants, le bon déroulement des cours et la sécurité des enseignants non grévistes. Le gouvernement va continuer à respecter les précomptes de manière systématique pour les enseignants grévistes.

Le ministre Tchakpele  après avoir rassuré les élèves que tous les cours seront intégralement dispensés tous comme les programmes seront exécutés avant la fin de l’année scolaire, a aussi rassuré ‘‘les enseignants et les parents d’élèves que toutes les dispositions seront prises pour garantir la poursuite des activités pédagogiques afin que l’année scolaire aille à son terme’’.

Ce refus, le gouvernement l’explique par  l’absence d’une base légale ou règlementaire de ces syndicats et pense qu’il y a des raisons inavouées derrière ces mouvements de grève. Voilà une situation qui laisse pantois nombre de togolais qui aujourd’hui estiment que le mandat social tant crié est une farce vue la sortie médiatique des deux ministres sur la question des enseignants. Au lieu de résoudre le problème en apportant des solutions concrètes à la questions des enseignants, ils versent de l’huile sur le feu. Une position tranchée du gouvernement qui amène à réfléchir sur l’avenir du pays. Après cette sortie médiatique du gouvernement, les syndicats grévistes sont attendus.

                                                                                                                                            Kevin