visites

Faure Gnassingbé va prendre la présidence de la CEDEAO

Actuel doyen des chefs d’Etat de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, le Président de la République Togolaise, n’a jamais pris la présidence de la CEDEAO depuis 2005 qu’il est au pouvoir. Annoncé plusieurs fois, Faure Gnassigné n’a pas encore eu la chance de présider cette organisation. C’est finalement cette fois-ci qui sera la bonne sauf revirement de dernière minutie. Ce qui ne risque pas d’arriver.

Toutes les tractations semblent à présent réunies pour que la présidence de la CEDEAO n’échappe plus à Faure Gnassingbé le soir du 04 juin prochain. A l’issue des travaux du sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO prévu à Monrovia au Liberia,  Helen Sirleaf Johnson, présidente sortante devrait passer le témoin à Faure Gnassingbé.

C’est qui nous a confiée une source proche de l’organisation. Ce qui serait un grand honneur pour le Togo, qui retrouve une embellie diplomatique ces dernières années. C’est aussi une reconnaissance de la part de cette grande organisation sous régionale dont, la création est le fruit des initiatives de l’ancien président nigérian  Yakubu Gowon et du feu général Gnassingbé Eyadéma du Togo.

Ainsi,  après le succès de l’organisation du sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sécurité maritime à tenu à Lomé en Octobre dernier et dans la perspective de la tenue prochaine du 1er sommet Afrique-Israël en octobre prochain, la prise de la présidence de la CEDEAO se situe dans la droite ligne de la dynamique de la diplomatie togolaise.  Il est d’ailleurs attendu, l’arrivée du premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahou au sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO au Libéria, l’objectif de cette venue du premier ministre israélien vise à convaincre les dirigeants de ces pays, de faire le déplacement de Lomé en Octobre prochain pour ce 1er sommet Israël-Afrique.

Rappelons que pendant longtemps la question de manque de légitimité de Faure Gnassingbé avait été brandie par certains pour justifier le fait que le dirigeant togolais ne prenait pas la présidence de la CEDEAO.

 

JCB