visites

France : Un policier refuse la main de François Hollande

Alors que le chef de l’Etat et le Premier ministre serraient la main de nombreux policiers rassemblés pour l’hommage au couple tué à Magnanville, ce vendredi, un homme a refusé de les saluer. François Hollande a continué son chemin. Manuel Valls, lui, a clairement exprimé son agacement.

 

L’instant est solennel. La cérémonie d’hommage national aux deux policiers tués à Magnanville (Yvelines) lundi 13 juin est en train de s’achever. François Hollande et Manuel Valls, qui s’apprêtent à quitter les lieux, commencent à serre les mains d’une vaste rangée de policiers émus.
Sous l’œil de la caméra, on voit alors l’un des agents refuser de saluer le président de la République. François Hollande n’insiste pas et continue son chemin. Arrive Manuel Valls. Le Premier ministre, lui, s’arrête et se plante face au policier pour exprimer son agacement de se voir ainsi snobé.
On ne connait pas la teneur de la conversation entre les deux hommes, s’il y en a eu une, l’homme restant apparemment mâchoires serrées devant le chef du gouvernement.
Selon la journaliste de France 2, Hélène Hug, le policier frondeur, voulait, par ce geste “dénoncer le manque de moyens dans la police”.
Cet accès de colère du Premier ministre rappelle inévitablement le “casse-toi pauvre con” lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy  à un homme qui refusait de lui serrer la main au salon de l’agriculture. Des paroles qui avaient terni son image et que Nicolas Sarkozy avait fini par officiellement regretter dans son ouvrage-bilan paru en début d’année.