visites

Togo: La filière fruits et légumes se dote d’un plan d’action performant

Figurant parmi les grand exportateurs des fruits et légumes, le Togo exporte ces produits vers les pays de l’Union Européenne (UE) et de l’UEMOA (30%). Ces exportations ont connues une augmentation considérable ces dernières années.

Malgré l’importance de l’exportation, cette filière fait face à d’énormes difficultés. Il s’agit de la concurrence internationale qui se base sur les normes de fiabilité, de quantité et de qualité des produits à ne pas déroger. En plus de cela s’ajoute le défi de l’assurance que le transfert de progrès réalisés dans les filières d’exportation est facilité sur le plan local.

C’est face à tous ces problèmes, que se tient depuis ce mardi à Lomé un atelier d’échange afin de doter le Togo d’un plan d’action pour le développement de la filière fruits et légumes dans le cadre du  programme Fit for Market du Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacifique (COLEACP), une association des acteurs du commerce international des fruits et légumes.

Selon Guy Stinglhamber, Directeur des programmes du COLEACP, les fruits et les légumes, comme l’ensemble des produits agricoles, sont des produits exportables et importables, ce qui crée des problèmes sanitaires et phytosanitaires.

« On a remarqué certaines faiblesses du système au Togo comme dans d’autres pays. Au Togo, il est apparu nécessaire de corriger rapidement ces faiblesses et de profiter de ces cas de figure pour développer un plan d’action beaucoup plus large qui permet le développement de cette filière et par extension des autres filières », a-t-il déclaré.

Cette rencontre d’échange permettra aux secteurs public et privé de travailler ensemble pour arriver à un plan d’action performant.

Dans son mot d’ouverture des travaux de cette rencontre nationale, Dr Hélène Nèmè Bali, Secrétaire générale du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique a fait savoir que même si les financements et la productivité sont au rendez-vous, le côté sanitaire et phytosanitaire ne l’est pas encore et met à mal tous les efforts.

Un deuxième atelier sous-régional est attendu ce mercredi à Lomé pour les mêmes objectifs et auquel vont prendre part les délégations des huit pays de l’UEMOA, notamment du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo. A ces délégations, viennent s’ajouter des délégués du Cap vert, de la Guinée Conakry et de la Mauritanie.

Notons que la cérémonie d’ouverture à connu la présence de Kokou Nayo M’béou, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Togo auprès de l’UE.

                                                                                Kevin