visites

 « La justice climatique » au cœur d’une journée d’action à Lomé 

La Fédération Internationale des Amis de la Terre (FIAT), pour discuter, échanger   autour de la « Justice Climatique » a initié ce  13 octobre  à Lomé, une journée d’action.  Composés  des organisations de la société civile, des communautés d’accueil des projets et des décideurs, les participants ont au cours de la rencontre, discuté et échangé sur le phénomène des changements climatiques.

Cette journée d’action ayant permis aux participants  de converger leurs  efforts et idées pour  trouver des solutions idoines contre les  changements climatique, s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la justice climatique initiée  par les organisations membres des Amis de la Terre International.  Ils ont discuté autour du  rôle des entreprises dans le phénomène du changement climatique et donner leurs avis sur les solutions afin de remédier au fléau.  Chaque 13 et 14 octobre, ils  se mobilisent à travers le monde  pour attirer l’attention sur l’urgence climatique, lutter contre l’énergie polluante, les fausses solutions et réclamer une transformation du système énergétique menée par les populations.

Le coordonnateur de FIAT, Kwami Kpondzo  a indiqué que «les moyens d’actions de la justice climatique est de veiller à ce que les pays développés, producteurs de gaz à effet de serre financent ou accompagnent les projets de lutte contre les changements climatiques des pays sous-développés qui sont les plus touchés ». Pour lui, « il faut réduire les émissions de gaz à effet de serre de toute urgence et de façon juste car, le changement climatique a déjà des effets dévastateurs qui touchent les pays en développement » .

Selon les organisateurs, la justice climatique  consiste à demander aux industriels ou pays développés de réduire ou de cesser   d’émettre de gaz à effet de serre dans l’atmosphère parce qu’elle constitue  une « injustice » à l’endroit des pays en développement.

Les communautés quant  à elles doivent également pouvoir choisir des sources d’énergie et des systèmes de consommation viables pour créer des sociétés durables.

 Nadège  A.