visites

 Le général Eyadéma toujours vivant dans les Esprits

Il serait toujours vivant, et  le samedi prochain plusieurs milliers de personnes se dirigeraient vers Lomé II, Résidence du Chef de l’Etat. Et ils n’auraient pas à partir mains vides.  Papa Eyadéma leur ferait de petites enveloppes. Les Gnass dollars. Le Général en avait promis à plusieurs Togolais pour les aider à réaliser des projets qui lui ont été exposés. La mort subite s’est interposée. Et ces Togolais regrettent. Même 13 ans après la disparition brutale du Président Togolais, Général Gnassingbé Eyadéma, ils continuent de regretter sa mort. Pour ceux qui le connaissent, ceux qui l’ont vécu, c’était un homme plein d’humanisme, de bonté et qui donnait beaucoup. Un de ses Anciens Proches racontait « lorsque vous allez che le Général tard dans la nuit, la première question qu’il vous pose s’intitule : est-ce que tu as mangé ? Avant toutes discussions ». Les Togolais n’oublieront jamais l’Ancien Président du Togo. Il a fait du bien aux uns et autres.

Même certains de ses opposants reconnaissent en l’homme une valeur inégalée, quelqu’un qui au départ avait une certaine ambition pour son pays. Il était très aimé à son arrivée au Pouvoir. Ses premières années de règne l’ont démontré à suffisance. De grands projets ont été exécutés pendant toutes ses années. Du Nord au Sud, il avait une ambition pour le pays. Eyadéma Gnassingbé au départ voulait faire de son pays un exemple de développement réussi. Il faisait partie de ceux qui critiquaient le FCFA, bien que Jeune. Le Général De Gaulle et son Successeur Georges Pompidou ne lui faisaient pas peur. Il leur disait facilement la vérité. Me Zeus Ajavon a eu à dire publiquement que le Général  a sérieusement travaillé pendant ses 7 premières années. Il a également scandé que c’était un homme simple qui s’arrêtait au feu rouge. « Il dirigeait le pays comme un chef de village. Il voulait régler le problème de tous les Togolais ». Le Général a beaucoup aimé les Togolais. Et il voulait faire du bien à tout le monde, même à ses adversaires.

Mais les Togolais l’ont changé. Son entourage n’a pas été franc et sincère avec lui. Son entourage a été trop gourmand. Ils ont passé des années à  monter des scènes de mensonge qu’ils ont  toujours présentées comme des vérités au Chef de l’Etat. Ils ont présenté des routes non bitumées au Président comme bitumées. Ils ont souvent détourné des milliards. Ceux qui devraient aider le Général à bien diriger le pays l’ont plutôt noyé. Une image pas du tout reluisante lui a été collée. Malgré cela, les Togolais vivaient bien. Le 13ème mois même était payé aux fonctionnaires. Le pays avait une étincelante image sur le plan international.  Mais la conférence nationale vient encore tout détruire. Eyadéma qui croyait tout donner pour le bonheur de son peuple se voit trahi par ce même peuple. A la Conférence Nationale, beaucoup ont demandé sa tête. La Conférence devient un Tribunal et sur le banc des accusés, le Général-Président. Gnassingbé Eyadéma n’en croyait pas à ses yeux. Fort étonné, il se pose beaucoup de questions par rapport à ce peuple qu’il a toujours tant chéri. Pendant la Transition, le Général perd une grande partie de son Pouvoir. Les Acteurs de la Transition pillent sérieusement le pays. Le Général commence par découvrir le vrai visage de ceux qui le combattaient. Or avant 1990, à ses retours de ses différentes missions, il envoyait au Trésor public une grande partie de ses primes perçues lors de ses rencontres internationales. Il vivait modeste. Pendant la Transition, il s’aperçoit qu’il est mille fois mieux que ceux qui le combattaient. Le Général change et tourne le dos à ce peuple. Ce qui l’a encore plus embêté, les Togolais de la diaspora ont œuvré pour que l’Union Européenne coupe sa coopération avec le Togo. Le Chef de l’Etat se dit que les Togolais n’ont jamais aimé leur propre pays.

Très déçu et triste, il choisit la voie simple. Mettre tout en œuvre pour la conservation de son Pouvoir, aider tous ceux qui viendront toujours à lui et polir toujours l’image du Togo à l’extérieur. Doyen des Chefs d’Etat Africains, il organisera à Lomé le Sommet OUA en 2000 et participera à la résolution de plusieurs crises dans la région Ouest-Africaine et dans toutes les autres régions du Continent. Il mourra le 5 Février 2005 à 69 ans. Un samedi.

13 ans après son décès, les Togolais se souviennent fort de lui. Dictateur ou pas il a marqué tous les esprits et il manque terriblement à ce peuple. Ces admirateurs le pleurent toujours. Même certains de ces Opposants parlent aujourd’hui bien de lui.

Même dans sa tombe,  ses Anciens collaborateurs l’honorent. Ils le voient toujours en son Fils. Et ils respectent le Père à travers le Fils.

Même dans sa tombe, Eyadéma fait peur…

 

Patrice DJEDJE