visites

Le Ministre de la santé Moustapha Méjiyawa  a échangé avec la presse sur l’approche contractuelle 

Le projet de contractualisation des hôpitaux publics du Togo rentre dans sa phase active avec le démarrage dans les jours à venir de la phase expérimentale dans les trois centres de santé retenus. Pour permettre aux journalistes de mieux maîtriser les thématiques relatives à cette contractualisation, le Ministre de la Santé Moustapha Médjiyawa a échangé mercredi 15 février avec les journalistes.

Cette rencontre d’échange avec les professionnels de presse sur les animateurs d’émissions, vise à expliquer à ces derniers la quintessence de cette décision du chef de l’Etat de procéder à la mise en place d’un système de contractualisation des centres de santé du Togo. Ainsi, il expliqué la démarche et le niveau auquel se trouve le processus de la phase pilote qui concerne trois centres de santé, à savoir, le CHU Sylvanus Olympio de Lomé, le Centre Hospitalier Régional d’Atakpamé et le centre préfectorale de Blitta.

En effet, très prochainement, le système de contractualisation va commencer dans ces trois unités sanitaires. Le contrat étant déjà signé avec deux sociétés à savoir Mémiza, Belgique qui aura en charge le CHU Sylvanus Olympio et Entraide médicale internationale, une société française qui aura en charge le CHR d’Atakpamé et le CHP de Blitta. Selon le Ministre, ces deux sociétés ont été retenues à cause de leur preuve dans plusieurs pays aussi bien en Afrique qu’en Europe.

Pour mener à bien cet ambitieux projet qui tient à cœur le chef de l’Etat et dont l’objectif est de trouver des solutions idoines et pérennes aux sérieux problèmes auxquels fait face la population, plusieurs séances de sensibilisations, d’informations et d’échange avec les différents acteurs impliqués dans le système sanitaire, ont été organisées afin de mettre tout le monde au même niveau de compréhension du projet. Un projet qui, ne vient pas chambouler l’organigramme de fonctionnement dans les hôpitaux mais pour non seulement améliorer la prestation de service, mais aussi et surtout permettre  que chaque acteur fasse le travail pour lequel il est recruté et de la meilleure des manières. Ainsi, le gouvernement est plus que jamais déterminé à poursuivre la mise en œuvre de ce système de contractualisation qui est la solution aux problèmes qui minent le système de santé au Togo, a indiqué le ministre lors de son exposé.

Pourquoi la décision de contractualiser les hôpitaux du Togo ?

Cette décision, est la conséquence du constat selon lequel, on enregistre de graves défaillances dans les centres de santé au Togo. On déplore par exemple les cas d’absentéisme, la disparation de matériels,  la corruption, les détournements, le mauvais accueil des patients, l’état insalubre des hôpitaux, les retards…

Selon le ministre, cette approche ne vise pas le désengagement de l’Etat mais un partenariat public-privé qui permet aux privés de mettre au service des structures publiques, leur expérience. L’Etat reste donc entièrement garant de ces structures.

Ceci conformément, aux orientations du Plan National de Développement Sanitaire(PNDS) qui couvre la période 2017-2022.  Pour mieux réussir la mise en œuvre du PNDS, le budget national exercice 2016-2017, a revu à la hausse le budget de la santé et passe de 7,8% en 2016, à 10% en 2017. Ce qui marque la volonté manifeste du chef de l’Etat à améliorer le système sanitaire au Togo. Car, avec le PNDS qui intègre parfaitement le système de contractualisation, tout ce qui sera irrégulier dans les hôpitaux publics sera combattu.

Résultat attendus

Avec ce système de contractualisation,  l’objectif du gouvernement, est donc claire, fournir aux populations, des soins de qualité dans de meilleures conditions tout en veillant à la bonne gestion des ressources aussi bien humaines que financières affectées au secteur de la santé.

Pour conclure le ministre a promis plus de communication et de sensibilisation tout au long de la mise en œuvre de ce projet. Une stratégie de communication est d’ailleurs en ours d’élaboration afin de répondre aux attentes de l’ensemble des togolais.

 JCB