visites

Le sens des rêves à travers les âges

Le rêve est un ensemble de phénomènes se produisant au cours du sommeil chez certains animaux, lesquels en dormant sont absorbés par un flot de sensations, images et émotions au point de donner un sentiment d’être éveillé et de participer à différents événements. Chez l’être humain, il se distingue de l’hallucination et de la rêverie qui, eux, sont vécus à l’état éveillé. Le nom scientifique de l’étude des rêves est l’onirologie.

Étymologie

Le mot « rêve » apparaît vers la fin du XVIIe siècle, lorsque le verbe « rêver » commence à supplanter le verbe « songer » au sens de « faire des rêves dans son sommeil». Le verbe, anciennement orthographié « resver », a endossé plusieurs significations qui semblent avoir en commun le thème de l’évasion: Au début du XIIe siècle, il pouvait signifier « délirer sous l’emprise d’une maladie ». Puis il fut employé au sens de « radoter » (qui lui-même revêtait initialement la notion de maladie, au moins mentale), « tromper », pour progressivement arriver à une phase où il fut assez différemment utilisé au sens de « réfléchir », « imaginer » « Raver » a pu exister en même temps, avec le substantif « ravaison » ou « raveison » au sens d’extase :

Histoire de l’étude des rêves humains

Origines

La croyance à l’origine divine des songes est universelle. Des découvertes archéologiques témoignent que les Égyptiens de la Xe dynastie croyaient qu’un rêve pouvait révéler l’avenir et avaient recours à des clés des songes. Le songe comme message divin existe également dans la mythologie grecque, à travers les rêves que Zeus envoie à Agamemnon ou les visions qu’accorde Apollon à Delphes, notamment à Oreste. Dans l’orphisme et l’école de Pythagore on enseigne que la communication avec le Ciel s’effectue uniquement pendant le sommeil, moment où l’âme s’éveille, doctrine identique qu’on retrouve chez les écrivains juifs et arabes du Moyen Âge. Ibn Khaldoun évoque la pratique ritualisée des rêves mantiques chez les musulmans. L’oniromancie babylonienne n’avait rien à apprendre de la Grèce. Le songe prophétique est bien connu chez les Sémites, ce dont témoigne l’Ancien Testament. On s’intéressait déjà aux rêves à Sumer vers -3000, et dans l’Égypte ancienne (-2500). Le rêve est également important au sein des chamanismes. La croyance la plus répandue chez tous les peuples sibériens est que la vie du corps dépend de l’âme. Gardant une certaine autonomie, elle peut s’évader pendant la phase du sommeil, et le rêve témoigne de cette évasion. Cette absence temporaire est sans danger, à condition qu’on ne réveille pas brutalement quelqu’un qui dort. Chez les Xant-Mansi, on dessine un tétras sur les berceaux des nourrissons afin que l’âme de celui-ci ne s’en aille pas trop loin. Si elle se fait prendre par les esprits, la mort est inéluctable, à moins que le chaman n’intervienne. Cette absence d’âme peut aussi être attribuée à d’autres états proches du rêve comme l’ivresse et la maladie, la folie aussi.

Grèce antique

Dans la mythologie grecque, les songes ont leurs propres divinités, les Oneiroi, la plus connue est Morphée, dieu des rêves prophétiques. Aussi bien les philosophes que les médecins grecs se sont intéressés aux rêves et leurs sens. Ils y ont répondu de manières différentes allant d’un évènement sans conséquences (Aristote) à l’aide au diagnostic d’une maladie (Hippocrate) ou encore d’un outil de divination. Selon Platon (428 – 427 av. J.-C.), Socrate (Ve siècle av. J.-C.) définit le rêve comme un lieu où les désirs honteux, réprimés le jour, se réalisent.                                                                                                                                 

              Le médecin grec Hippocrate (460 av. J.-C.-370 av. J.-C.) est l’auteur du Traité d’hygiène d’Hippocrate ou l’Art de prévoir les maladies du corps humain par l’état du sommeil. Suivant l’état du soleil, de la lune ou des astres vus en rêve, Hippocrate disait savoir si le sujet était en bonne santé, ou au contraire malade. Les rêves avaient qualité de prodromes concernant l’état de santé d’une personne. Le traité étudie aussi les rapports entre les contenus oniriques et les diverses maladies. Ainsi, voir en rêve une mer agitée pronostique l’affection du ventre ; voir du rouge témoigne d’une surabondance de sang, etc.

Aristote (-384 à -322) traite les rêves dans son Petits Traités d’histoire naturelle (titre latin : Parva naturalia). Il les considère comme un phénomène somatique lié au vécu de la journée.

L’incubation, du latin incubatio (sommeil du temple en latin) signifie « dormir dans le sanctuaire » se pratiquait dans des grottes. Dans l’incubation thérapeutique, les malades se rendaient dans un temple dédié au dieu de la médecine et s’étendaient sur une peau d’animal, dans l’adyton, pour y dormir, après avoir reçu les instructions des prêtres leur recommandant d’être particulièrement attentifs à l’aspect qu’aurait le visage du dieu si celui-ci leur apparaissait en rêve.

Dans les religions monothéistes

Les références aux songes (somnium) et aux visions (visio) prophétiques occupent une place importante dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Le rêve est en effet un instrument privilégié du divin pour communiquer avec les hommes : « S’il y a parmi vous un prophète, c’est en vision que je me révèle à lui, c’est dans un songe que je lui parle ». Bien que les visions ne soient pas subordonnées au sommeil, comme c’est le cas dans les songes, il n’est pas toujours aisé de différencier les deux dans les textes bibliques. La prophétie est cependant contraignante et expose le prophète. Inversement, lorsque la prophétie fait défaut, les songes ne sont plus habités par Dieu : ainsi Saül se plaint « Et Dieu m’a abandonné et ne me répond plus, ni par les prophètes ni par les songes ». Selon Maïmonide, toutes les prophéties et manifestations révélées aux prophètes se font en songe ou en vision, apportées ou non par un ange, que les voies et moyens utilisés soient mentionnés ou non. Selon lui, les révélations s’obtiennent dans une vision, et le prophète en saisit la signification dès son réveil. Les prophètes sont les interlocuteurs privilégiés de Dieu, ils sont choisis par Lui. L’état de sommeil permet la suppression des sens corporels, et c’est une des théories fournie par Maïmonide pour expliquer la réception de l’émanation envoyée par Dieu. Sur la base d’une faculté imaginative très développée, la prophétie est une perfection acquise, mais qui peut être troublée par la tristesse, la colère et la fatigue. D’après lui, Moïse seul fit exception à la règle qui veut que Dieu communique sa volonté à ses prophètes par les songes et les visions : « Il n’en est pas ainsi de mon serviteur Moïse, toute ma maison lui est confiée. Je lui parle face à face dans l’évidence, non en énigmes ». Bien que les songes ordinaires soient considérés comme des vanités, trompeurs et impurs, dans la vision apocalyptique du livre de Joël, la descente sur terre de l’Esprit se répandra sur tous : « vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens des visions ». La loi biblique récuse pourtant la divination par les songes : « Vous ne pratiquerez ni divination ni incantation ». Le Deutéronome ordonne de se méfier des faux prophètes : « Si quelque prophète ou faiseur de songes surgit […] tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ni les songes de ce songeur ». Jérémie y consacre également un livret, et il revient sur ce sujet au ch. 29, v. 8 et 9 : « Car ainsi parle Yahweh : Ne vous laissez pas séduire par vos prophètes qui sont au milieu de vous, ni par vos devins, et n’écoutez pas les songes que vous vous donnez. C’est faussement qu’ils vous prophétisent en mon nom ; je ne les ai pas envoyés, dit Yahweh. »

Interprétations au Moyen Âg

Provenant d’originaux byzantins, les traductions latines de l’Achmetis Oneirocriticon (Xe siècle) et de la Clef des songes du Pseudo-Daniel (VIIe siècle), tout en étant dans une continuité avec la conception chrétienne antique, permettent au pouvoir royal de s’affirmer. Ils établissent notamment une correspondance du macrocosme et du microcosme. Pape en 590, Grégoire le Grand distingue trois grands types de rêves : ceux dus à la nourriture et à la faim, ceux envoyés par les démons et ceux d’origine divine. À sa suite, seuls les rêves d’origine divine seront tolérés. L’oniromancie devient en effet une pratique interdite.

Interprétations modernes

La période moderne est caractérisée par une profusion d’études sur le mécanisme onirique, ainsi que par un développement des théories, soit biologiques, soit métaphysiques. Karl Albert Scherner (La Vie des rêves, 1861) distingue deux types de symboles : ceux sexuels évoquant soit le pénis soit le vagin, et ceux somatiques renseignant sur l’état physiologique du corps. Il est selon Freud le « véritable découvreur de la symbolique onirique ». Hervey de St-Denys compile ses rêves depuis l’âge de treize ans. Dans Les rêves et les moyens de les diriger (1867) il tente une approche du rêve lucide qui préfigure les méthodes de conditionnement modernes. Selon lui le rêve s’apparente à un rébus, logique et signifiant, et que le dormeur doit décoder. W. Robert (Der Traum als Naturnotwendigkeit erklärt, 1886) considère que le rêve est un processus vital qui permet au cerveau de ne conserver que les données et images importantes, les rêves sont donc des fragments des images en processus d’élimination. Il montre que si l’on prive le dormeur de la capacité de rêver, celui-ci peut en décéder. Robert parle même du « travail du rêve », concept repris par la psychanalyse. Parmi les nombreux scientifiques s’étant intéressés à la question du rêve, il y a encore le médecin russe Marie de Manaceine qui, en 1897, dans Sleep: its physiology, pathology, hygiene, and psychology pense que le rêve permet de se connecter à un imaginaire collectif.

Selon Sigmund Freud, l’« interprétation des rêves est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient ». Le rêve, loin d’être un phénomène absurde ou magique, possède un sens : il est l’accomplissement d’un désir. Il a pour fonction de satisfaire le rêveur. Pour Freud les rêves sont des réalisations hallucinatoires de désirs refoulés dans l’inconscient. Le contenu manifeste du rêve est le produit d’un travail intrapsychique qui vise à transformer le contenu latent, par exemple un désir œdipien en un contenu manifeste, en l’occurrence, le souvenir puis le récit du rêve au psychanalyste. Au niveau épistémologique, le geste de Freud consiste à réintroduire la production onirique dans la psychologie. Il rompt avec l’idée romantique d’un rêve contenant une clé ou un secret et seul le travail du rêve en explique la nature.

Rêve lucide

Dans le rêve lucide, il y a comme une irruption de la conscience éveillée dans le déroulement du processus onirique habituel. Le rêveur sait que le monde qui l’entoure n’est qu’une construction de son esprit et peut ainsi analyser et réagir de façon plus ou moins rationnelle selon son degré de « lucidité ». Cette prise de conscience, involontaire ou obtenue par certaines techniques, peut permettre au rêveur de contrôler le contenu et le déroulement du rêve.

Rêve prémonitoire

Rêves jugés prophétiques, qui n’ont pas forcément de lien avec la vie privée du rêveur et annoncent un événement futur censé se réaliser.

Rêve sexuel

8 % des rêves ont un contenu sexuel dont la nature est, dans l’ordre : propositions sexuelles, baisers, fantasmes divers et variés, masturbation. Dans 4 % des cas les sujets (hommes et femmes confondus) disent avoir éprouvé un orgasme. Chez l’homme, d’après le rapport 1948 Kinsey : 83 % des hommes de 45 ans déclarent avoir connu des éjaculations nocturnes. La fréquence annuelle des rêves sexuels avec éjaculation nocturne varie de 4 à 11 % chez les hommes de 20 à 35 ans et de 3 à 5 % chez les hommes plus âgés. 5 % des sujets étudiés connaissent ce type de rêve plus d’une fois par semaine, avec un maximum entre l’adolescence et 30 ans. La fréquence annuelle des rêves érotiques avec orgasme est de 3 à 4 %, 1 % en ayant plus d’un par semaine. L’incidence des orgasmes oniriques est maximale à la quarantaine. D’après le psychologue Abraham Maslow les rêves sexuels explicites sont plutôt le fait des femmes confiantes en elles-mêmes, posées, indépendantes et généralement actives. En cas de peu d’estime de soi ou d’inhibition, les rêves sexuels sont plutôt de types symboliques. Ces résultats sont corroborés par Joseph Adelson, mais plutôt sur le critère de la créativité d’un groupe de jeunes filles. Le rêve sexuel n’a généralement pas de lien avec l’érection nocturne.