visites

Le Togo valide le rapport provisoire du Diagnostique pour  l’Intégration du Commerce

Après sept ans d’implémentation de l’étude diagnostique pour l’intégration du commerce(EDIC), les acteurs sont réunis depuis ce matin à Lomé pour valider le rapport provisoire de la mise en œuvre de ce programme.

La rencontre de ce jour se situe dans le cadre de la mise en œuvre du cadre Intégré Renforcé, un des volets du programme multi-donateurs  qui fait du commerce un outil de croissance et de réduction de la pauvreté. C’est la Ministre du Commerce et de la promotion du Secteur Privé, M. Legzim-Balouki Bernadette qui a ouvert les travaux de cette rencontre. Dans son discours d’ouverture, elle a remercié les différents acteurs intervenants dans la mise en œuvre de ce programme en particulier, les partenaires en développement qui accompagnent le gouvernement togolais dans la mise en œuvre de cadre.

La mise en œuvre de ce cadre a permis le cadrage macro-économique du Togo. Ceci à travers l’analyse de l’environnement socio-économique et la compétitivité des entreprises togolaises. L’EDIC 2010 a surtout contribué à la mise en place de la matrice  des actions prioritaires sous formes de recommandations à mettre en œuvre par les différents acteurs.

En effet, grâce au volet 1 de la mise en œuvre de l’EDIC , le renforcement des capacités des structures d’appui au commerce pour une meilleure participation du Togo dans le commerce régional, continental et mondial a été possible. Il s’agit en particulier, du renforcement de capacités des acteurs intervenant dans la filière soja. Ce qui a permis à cette filière d’être très compétitif au plan nation qu’international avec surtout un accent mis sur la promotion de la production du Soja bio très prisé sur le marché mondial. 

« Aujourd’hui, le gouvernement peut se réjouir de la pleine adhésion et de l’implication de tous les acteurs étatiques et non-étatiques dans la promotion de la filière soja dont les premiers résultats sont appréciés de tous » s’est réjouie, la Ministre du commerce parlant des acquis de la mise en œuvre de l’EDIC1. Elle reconnait tout de même que beaucoup de choses restent  à parfaire.

Il convient  de rappeler que, la mise en œuvre des recommandations de ce programme sera donc un grand et décisif départ pour le partenariat entre l’Etat, le secteur privé et la société civile pour faire face aux enjeux de développement et à l’émergence du Togo.

 

JCB