visites

L’ONG Aimes-Afrique et patrons de presse, un partenariat gagnant gagnant

Le Conseil national des patrons de presse (CONAPP) et l’Association internationale des médecins pour la promotion de l’éducation et la santé en Afrique (AIMES Afrique) ont signé ce jeudi à la Maison de la presse à Lomé, un cadre de couverture sanitaire pour les patrons de presse.

Les documents ont été signés côté CONAPP par Jean-Paul Agbo-Ahouélété, président et Dr Michel Kodom, président de l’ONG, en présence d’un représentant de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) et du président de l’Observatoire togolais des médias (OTM), Agustin Sizing.

Cette convention de partenariat qui entre en vigueur à partir du 1er mai de cette année, vise à donner l’opportunité aux patrons de presse d’avoir des soins de qualité à des prix préférentiels.

« La substance de cette convention que nous venons de signer concerne les actes médicaux, la consultation des actes de laboratoires ou des interventions chirurgicales. Donc cette prise en charge concerne non seulement nos dirigeants ou le patron de presse mais également sa famille notamment sa femme et son enfant. Ce dont nous sommes convenus pour l’instant est de redistribuer les dispositions et les conditions de cette convention ultérieurement », a laissé entendre Jean-Paul Agbo-Ahouélété, président du CONAPP.

  1. Agbo-Ahouélété s’est ensuite réjoui que la couverture sanitaire qui est l’apanage des fonctionnaires togolais depuis quelques années à travers l’Institut national d’assurance maladie (INAM) et de ceux qui ont la capacité de solliciter les entreprises privées d’assurance maladie, bénéficie désormais aux patrons des organes de presse.

Dans la réalité, ce cadre sera mis en œuvre par la clinique internationale du Dr Kodom et l’ONG Aimes Afrique qui vont constituer un pôle de praticiens dans le secteur médical, en l’occurrence des pharmaciens et des laborantins. En contrepartie, les organes dont les patrons bénéficient des interventions médicales vont faire la promotion de toutes les activités de l’ONG co-signataire et de vulgariser ses idéaux.

Selon le docteur Kodom, la possibilité reste toujours ouverte aux autres organisations pour entrer dans ce genre de contrat avec AIMES-Afrique.

                                                                                                   Kevin