visites

L’OTR recense les activités économiques formelles et informelles

Dans le cadre de l’actualisation de sa base de données, l’Office Togolais des Recettes (OTR) organise du Lundi 28 mai au 30 Août, une opération de recensement des activités économiques formelles et non formelles à Lomé.

En effet, l’objectif de ce processus  de recensement fiscal  organisé en partenariat avec la Mairie de Lomé et le Ministère de l’économie et des finances, est d’assainir le fichier  des contribuables en actualisant les informations telles que les adresse, les activités principales et secondaires, les immeubles bâtis et non bâtis. Ainsi, tous les contribuables seront géolocalisés à travers les coordonnées GPS afin de disposer de données fiables et actualisées.

Pour mieux expliquer cette opération, les responsables de l’OTR étaient devant la presse vendredi dernier. Selon le Commissaire Général des impôts, Adoyi Esso-Wavana, la première phase de cette opération couvre la ville de Lomé et va durer du 28 mai au 30 Août soit trois mois. Elle sera menée par 150 agents recenseurs recrutés et formés par l’Office afin de mener à bien cette opération et identifiables par leur Badge.  Il a le plus insisté sur le second volet de cette opération qui est le recensement foncier. Ainsi, selon lui les données disponibles concernant les informations foncières sont dépassées et cela est devenu une nécessité de pouvoir actualiser ces données. Ceci afin de mettre en place, le cadastre fiscal et des projets de sécurisation foncière. Cette opération a pour finalité l’amélioration du climat des affaires au Togo tel que souhaité par les partenaires techniques et financiers comme le MCC et la Banque Mondiale.

Parlant du recensement des immeubles bâts et non bâtis, le commissaire des impôts a tenu à préciser que cette opération ne vise pas à recenser les immeubles afin d’obliger les gens à payer les impôts mais à actualiser et sécuriser les données du cadastre qui est désormais sous la responsabilité de l’Office Togolais des Recettes (OTR). Il n’a pas non plus occulté la possibilité de tendre progressivement vers ce qui fait dans les autres pays car l’Etat qui joue un rôle capital dans le désenclavement du pays à travers la construction des routes, le déploiement de l’eau et de l’électricité, doit en retour percevoir des taxes sur les immeubles bâtis comme non bâtis afin de continuer par mener ces actions en faveur de la population. Or, on ne peut lever l’impôt foncier sans connaitre la matière imposable, c’est-à-dire, les propriétaires de ces immeubles. Ainsi, tous les types d’immeubles, bâtis, non bâtis, privés ou publics seront recensés avec les adresses des propriétaires.

Il faut rappeler que cette campagne se veut nationale et sera déployer progressivement sur l’ensemble du pays à l’issue de cette première phase pilote qui couvre la ville de Lomé. Pour cette première semaine, les quartiers de Hédzranawé et Casablanca sont la première étape de ce recensement. Ensuite suivront les autres zones de Lomé.