visites

Mutualisation des systèmes de santé, Lomé pose les bases de la protection sociale universelle

Ouverte le mardi 22 janvier dernier à Lomé capitale togolaise, les travaux de la Conférence internationale sur la mutualisation des systèmes de santé se sont achevés mercredi  sur une note de satisfaction avec l’adoption à l’unanimité de la plateforme de Lomé qui pose les bases du pari de la mutualité pour le 21èmesiècle.

En effet, placée sous le thème de « pari de la mutualité pour le 21ème sicle »,  la conférence de Lomé, deuxième du genre après celle d’Abidjan en 2016, a permis aux participants d’harmoniser leurs positions et d’adopter une position commune qui fixe désormais les orientations pour l’avenir du mouvement mutualiste dans les années à venir.  Cette position commune s’exprime à travers la Plateforme de Lomé qui a été adoptée à l’unanimité des 240 participants venus du monde entier.

Ainsi, la Plateforme de Lomé qui fixe les base du mouvement mutualiste des prochaines années, est la résultante d’un long processus de réflexion et de rédaction collective qui a duré presque trois ans depuis la rencontre d’Abidjan avec l’implication effective des différents acteurs engagés dans la lutte pour la promotion des mutuelles d’Afrique et d’Europe. C’est donc une plateforme portée par les mutualistes d’Afrique avec le soutien du mouvement mutualiste international. Elle contient les revendications et propositions que les mutualistes adressent aux organisations supranationalistes et aux décideurs politiques des différents pays africains afin que la couverture sanitaire universelle indispensable à la protection sociale universelle soit une réalité  dans les prochaines années.

Au terme de la Conférence de Lomé, ‘’la Plateforme de Lomé’’ a formulé trois types d’interpellations : l’engagement politique : le mouvement mutualiste demande aux décideurs « le renforcement et la mise en œuvre d’un dispositif légal des mutuelles de santé et des mesures d’application garantissant leur viabilité d’un point de vue institutionnel, technique, financier et fonctionnel »-l’adhésion obligatoire : le mouvement mutualiste demande « l’instauration et la mise en œuvre effective de mécanismes d’adhésion obligatoire à la couverture sanitaire pour l’ensemble de la population , reposant sur un processus évolutif, allant de la conception, aux phases de transition et à l’importation »– La délégation de gestion, afin que la gestion et la délégation de gestion des CSU reposant sur  une délégation confiée aux mutuelles par l’Etat.

La conférence a en outre appelé à la mobilisation  de tous les acteurs qu’ils soient politiques, institutionnels ou financiers dans la contribution des mutuelles pour l’atteinte des ODD.