visites

Processus de réconciliation au Togo, l’heure des réparations

Lancé depuis 2009, le processus de réconciliation au Togo poursuit sa longue et difficile marche avec le démarrage du processus de réparation des victimes, dont le lancement officiel a eu lieu ce vendredi 24 mars .

bb3b9b4d7e67970aba0cca597a75ee82C’est le chef du gouvernement Komi Sélom KLASSOU qui a lancé officiellement, au nom du chef de l’Etat, ce processus de réparation au cours d’une cérémonie officielle organisée par le HCRRUN. Le chef du gouvernement, a saisi l’occasion pour réitérer  la volonté du gouvernement et son engagement à doter le HCCRUN des moyens nécessaires pour la réussite de sa mission.  De son côté, la présidente du HCRRUN, Awa Nana-Daboya a insisté sur le caractère symbolique  des réparations avant d’appeler les togolais en général et les victimes en particulier à adhérer à ce processus de justice transitionnelle dans lequel le Togo s’est engagé et qui a permis de mettre en place le programme de réparation que le HCRRUN est appelé à mettre en œuvre.

Notons que, suivant donc les normes de la justice transitoire, il existe cinq formes de réparations à savoir: la restitution, l’indemnisation, la réadaptation, la satisfaction et les garanties de non-répétition

pix_1490454174e150254_1

Pour cette première étape de ce processus de réparation, l’enveloppe de  deux milliard mise à la disposition du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale(HCRRUN) par le gouvernement, servira à la prise en charge d’une partie des victimes de 2005 à savoir 2475 sur les 7057 identifiés pour cette période2005 qui ont été choisies sur la base de leur niveau de vulnérabilité nécessitant une prise en charge médicale et sur le montant d’indemnité moins élevé.

Cette phase de réparation commencera dans un premier temps, par la sensibilisation de la population dans toutes les préfectures à travers des séances d’information et d’échange sur le déroulement du processus ainsi ensuite à des cérémonies d’expiation du pays avec la collaboration des religieux et prêtres traditionnels avant l’indemnisation proprement dite.

Il convient de rappeler que la somme des deux milliards allouée à ce processus sera progressivement complétée par le gouvernement en vue de la prise en charge complète des 22 415 victimes identifiées par la CVJR sur la période de 1958 à 2005 que couvre ce processus de réconciliation au Togo.

 

JCBakali