visites

Rahim Nada-Abi  agent consulaire du Togo au Québec: « L’Examen Périodique Universel du Marché du Travail sera ce qu’est l’Examen Périodique Universel des Droits de l’Homme »

A vingt cinq ans, il a la lourde tâche de booster et réchauffer  la coopération économique entre le Togo et le Québec où il officie comme agent consulaire du Togo en charge de la coopération économique. Initiateur de  l’examen périodique universel du marché du travail (EPUMT), Rahim Nada-Abi,  puisque c’est de lui qu’il s’agit, outre sa caquette diplomatique, porte bien d’autres casquettes. Il est Dans cette interview exclusive, il revient sur les relations bilatérales entre le Togo et le Québec et ses autres casquettes.

Bonjour Monsieur Rahim Nada-Abi, vous avez plusieurs casquettes à votre actif.  D’abord, dites-nous, comment se porte les relations bilatérales entre le Togo et le Canada où vous êtes  Agent consulaire ?

Rahim : Bonjour Monsieur! En effet comme beaucoup de dirigeants, je cours rattraper nos aînés en portant fièrement plusieurs casquettes. Je suis agent consulaire du Togo au Québec en charge de la coopération économique. Pour répondre à votre question, je dirais que les relations bilatérales entre le Togo et le Canada, plus précisément le Québec où j’interviens, sont bien établies et encrées dans une coopération étroite au sein d’organismes multilatéraux tel que les Nations Unies et la Francophonie. Bien sûr, ces relations sont avancées par une diaspora togolaise grandissante au Canada notamment au Québec.

Vous êtes coordonnateur de l’association Togo-Québec. Pourquoi une telle association, quelles en sont ses objectifs et moyens d’action?

Rahim : Eh bien oui, je suis le coordinateur de l’association Togo-Quebec pour faire en sorte que l’APIE « Accord de Protection des Investissements Étrangers » devienne une réalité afin de sécuriser nos gens d’affaires. L’outil dont se sert l’association est un jumelage, un pont entre le Forum Togolais des Entrepreneurs et le Forum Québécois des Entrepreneurs.

Nous avons 3 cibles :

Primo – créer un réseau expansif de capitaines d’industrie et d’entrepreneurs sociaux.

Secundo – Etablir et conduire des initiatives d’amélioration ou de réformes communautaire favorisant le droit au bien être dans nos cités.

Tertio – Mettre en place pour toute l’Amérique du Nord un événement culturel annuel au Québec  à chaque pâques pour faire des relations publiques en faveur du made in Togo.

L’un de vos objectifs est de Réaliser le jumelage entre les villes de Tchamba-Québec d’une part et Lomé-Montréal d’autre  ainsi qu’entre les parlements du Togo-Québec. Dites-nous Monsieur Rahim, en quoi ce jumelage est important et pensez-vous que cela soit possible, dans la mesure où le processus de décentralisation tarde à prendre forme au Togo ?

Rahim : De toute évidence les autorités togolaise font leur possible pour décentraliser et déconcentrer les pouvoirs au plus près du citoyen. Le jumelage entre les parlements du Togo-Québec, les villes de Lomé-Montréal et Tchamba-Québec sont très importantes à mes yeux et tout à fait possible puisque je pilote ce dossier et j’en fais une priorité. Je vais vous dire pourquoi :

  1. a) Québec est la capitale de la province canadienne du même nom ayant des points communs avec Tchamba notamment sur la façon dont les communautés exercent dans la diversité le pouvoir pour se développer en alliant tradition et modernité.
  2. b)  Montréal est la plus grande métropole de la province et un pôle d’affaire majeur donc il devrait à mon avis être bénéfique de positionner Lomé à cet échelon et inversement nos partenaires peuvent compter sur notre capitale pour l’expansion du Québec et à terme du Canada.

A travers votre association, vous êtes sur un projet de Forum Togolais des Entrepreneurs et le Forum Québécois des Entrepreneurs.  Parlez-nous de ce forum, son but, objectifs et avantage pour les entrepreneurs togolais ?

Rahim : Le Forum Togolais des Entrepreneurs et le Forum Québécois des Entrepreneurs sont des plateformes qui existent déjà. C’est surtout une tribune pour les leaders d’aujourd’hui et de demain.

Vous vous investissez pour le lancement de  l’examen périodique universel du marché du travail. Qu’entendez-vous par examen périodique universel du marché du travail et qui peut être intéressé par ce programme?

Rahim : Grosso modo la vie se compose de 7/10 de travail, 1/10 de politique, 1/10 de loisirs et 1/10 de famille; je dirais simplement que dans les pays du monde,  l’examen périodique universel du marché du travail sera sur le marché du travail ce qu’est l’examen périodique universel des droits de l’homme dans la vie en communauté. Il y a un livre programme sur la question, un label « Partenaire pour la sécurité du travail » pour mobiliser une partie importante du financement de l’outil et des formules d’éthique appliquée que j’ai conçu pour analyser les conditions d’existence du marché du travail qui est le baromètre le plus abouti.

Vous militez pour l’adoption d’une résolution sur l’examen périodique universel du marché du travail  selon le principe de subsidiarité. Pourquoi un tel engagement ?

Rahim : Les représentations diplomatiques et consulaires résidant à Québec et ses environs se servant du principe de subsidiarité sous notre initiative se réuniront en sommet pour lancer le premier examen local, sous régional et international du marché du travail où notre ministère du travail sera pionnière aux côtés de la coopération canadienne.

Faminon International dont vous êtes fondateur veut organiser la visite officielle du chef de l’Etat au Québec-Canada. Pourquoi une telle initiative ?

Rahim : Ma fondation Faminon International, dépositaire de l’Examen Périodique Universel du marché du travail et qui est établie au Québec appelé à la tenue d’une première visite officielle du chef de l’Etat Faure au Québec   simplement parce que nous devrions faire valider l’image de marque que notre pays reflète en ce moment par la contribution de ses élites que nous sommes. Vous savez, quant j’ai pris fonction au Consulat, j’ai réalisé un sondage sur 1 000 togolais et togolaise ayant au moins le BEPC pour découvrir parmi les pays du G8 quel est leur degré d’attraction pour le Canada, nous avons eu 62 pour cent.

Quelles sont les activités qui sont programmées au cours de cette visite du chef de l’Etat au Québec ?

Rahim : Cela sera décidé par le protocole d’Etat, mais au niveau de notre chancellerie, nous préparons une journée économique du Togo où des contrats  gagnant-gagnant seront signés sur place. Avant cela nous travaillons à faire visiter le Québec au Ministre des finances pour constater les conditions d’exercice de la diplomatie économique et les opportunités à court terme, moyen et long terme en commençant par la contribution Québécoise au leadership du Togo en matière du contrôle qualité de la sécurité maritime dont ont mandat les manutentionnaires car comme on dit la confiance n’exclut pas le contrôle.

Du 15 au 30 Avril 2017, vous organisez un événement dénommé Happy Band 2017 avec du réseautage, activités sociétales et des spectacles. Parlez-nous de cet événement ?

Rahim : Vous êtes assez bien informé sur les activités prévues mais je précise que le Happy Band 2017 sera la première édition d’un rendez-vous périodique de la coopération      togolo-québécoise; des détails sur le programme seront bientôt disponibles.

Quelles sont les activités qui sont au menu de cet événement ?

Rahim : Nous organiserons un match de football et de basket Ball pour promouvoir le jumelage des villes et une exposition à la fête nationale  mais pour le jumelage inter parlementaire, nous travaillons pour que les deux Assemblée Nationales se coordonnent pour effectuer des visites de travail et/ou de courtoisie.

Votre mot en guise de conclusion  

Rahim : Je formule le vœu qu’une nouvelle ère de prospérité nous soit offerte et que notre pays le Togo, l’Afrique de l’Ouest joueront un rôle majeur pour bâtir un monde plus acceptable, à cet effet nous avons mis en place un bulletin consulaire intitulé  » L’éthique de l’immigration  » pour disséminer largement ce que nous voulons être, faire et avoir.

Entretien réalisé par Jean-Claude BAKALI