visites

 Rex Tillerson, PDG d’ExxonMobil,  secrétaire d’Etat des Etats Unis

Selon un communiqué officiel, le président américain élu a désigné Rex Tillerson, proche de Vladimir Poutine, à la tête de la diplomatie américaine.

L’incertitude va s’ajouter à l’incertain. Le président élu Donald Trump, dont la vision des affaires étrangères n’a cessé d’alimenter les interrogations, a en effet annoncé mardi 13 décembre via un communiqué son intention de nommer un néophyte à la tête de la diplomatie américaine. M. Trump a définitivement tranché en faveur du dernier nom évoqué pour ce poste stratégique, celui de Rex Tillerson, 64 ans, le patron du géant pétrolier ExxonMobil.

Ce dernier, qui devait quitter la compagnie en mars, atteint par la limite d’âge, y a effectué toute sa carrière. Elle l’a familiarisé avec les puissances pétrolières que sont l’Arabie saoudite ou la Russie. Sa connaissance de ce dernier pays et de son président, Vladimir Poutine, qui lui a remis en 2013 la plus haute distinction pour un civil, l’ordre de l’Amitié, a été sans doute un atout auprès de M. Trump, qui apprécie le dirigeant russe. Il pourrait s’avérer à double tranchant au moment du vote de confirmation par le Sénat. 

L’ombre russe sur la transition Trump

Car ce tropisme russe coïncide avec des accusations d’ingérences de Moscou dans l’élection remportée par M. Trump avancées par le renseignement américain. Ces accusations ont été traitées jusqu’à présent par le mépris par le milliardaire. Comme pour souligner une défiance inédite vis-à-vis de la CIA, l’agence fédérale qui s’est montrée jusqu’à présent la plus catégorique, selon les fuites dont les médias américains ont rendu compte, le magnat de l’immobilier a annoncé par ailleurs qu’il n’entendait pas assister comme ses prédécesseurs aux briefings réguliers du renseignement.

« La Russie a été un agresseur »

Deux jours après la commande par le président Barack Obama d’un rapport complet à propos du jeu prêté à la Russie, les deux responsables républicains du Congrès, le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, et le speaker (président) de la Chambre des représentants, Paul Ryan, ont apporté leur soutien à un examen approfondi de ce dossier devenu public le 7 octobre. Les services de renseignement américains avaient pour la première fois collectivement accusé la Russie de piratages informatiques directement liés au processus électoral.

 Le Congrès va enquêter sur le rôle de la Russie dans la présidentielle américaine

Les deux responsables républicains ont exprimé à cette occasion une défiance de la Russie qui tranche avec la volonté d’ouverture esquissée jusqu’à présent par M. Trump et que le choix de M. Tillerson confirme. « Les Russes ne sont pas nos amis », a ainsi déclaré M. McConnell. « Toute intervention étrangère dans nos élections est entièrement inacceptable. Et toute intervention de la Russie est particulièrement problématique car, sous le président Poutine, la Russie a été un agresseur, constamment en train de saper les intérêts américains », a ajouté M. Ryan.

S’ajoutant aux réserves exprimées publiquement par le président de la commission des forces armées du Sénat, John McCain, et par le sénateur de Floride Marco Rubio, cette vision négative du rôle de la Russie pourrait transformer en épreuve l’étape de la confirmation par le Sénat de M. Tillerson. Il doit désormais s’attendre à être interrogé à la fois sur sa proximité avec M. Poutine et sur d’éventuels conflits d’intérêts entre la fonction de secrétaire d’Etat et les activités d’une multinationale de l’envergure d’ExxonMobil.

Soutien de prestigieux anciens

  1. Tillerson n’a jamais eu l’occasion d’exposer sa vision du monde mais il a pris position contre les sanctions adoptées contre la Russie après l’annexion de la Crimée en 2014, à la suite d’un référendum controversé. La même année, en juin, il s’était rendu à un sommet sur l’énergie à Moscou et avait rencontré Igor Setchine, le patron de Rosneft, le principal producteur de pétrole russe, un proche du président Vladimir Poutine visé par ces sanctions, alors que l’administration américaine tentait d’éviter des visites de cet ordre. M. Setchine a été l’artisan à partir de 2011, côté russe, du rapprochement entre Rosneft et ExxonMobil, concrétisé notamment par des projets dans l’Arctique russe. Une éventuelle levée des sanctions permettrait à ExxonMobil de mener à bien ces projets, notamment dans la mer de Kara.

Les républicains ne disposent que d’une majorité étroite au Sénat. Le dernier vote négatif pour une confirmation remonte à 1989 et l’échec du républicain John Tower que le président George H.W. Bush avait nommé au poste de secrétaire à la défense. Redoutant un échec avec l’ambassadrice aux Nations unies, Susan Rice, pour le poste de secrétaire d’Etat, M. Obama s’était tourné en 2012 vers le sénateur John Kerry, plus à même de vaincre les éventuelles réticences de ses pairs. Le Washington Post et le site Politico ont cependant indiqué lundi soir que M. Tillerson pourrait recevoir le soutien de membres prestigieux d’anciennes administrations républicaines comme les anciens secrétaires d’Etat James Baker et Condoleezza Rice, l’ancien secrétaire à la défense Robert Gates et l’ancien vice-président Dick Cheney. Un soutien qui pourrait s’expliquer par des liens avec l’industrie pétrolière.

Le nom du responsable d’ExxonMobil s’ajoute à une liste de farouches défenseurs des énergies fossiles qui alimente les interrogations sur le sort qui sera réservé par la future administration Trump à l’accord de Paris en faveur de la réduction des gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique. Il renforce également le poids des millionnaires qui n’ont jamais été aussi nombreux dans l’entourage ministériel d’un président.

Source : le Monde