visites

Togo, la manifestation des élèves prend de l’empileur dans tout le pays

Après un court accalmie de la journée de mercredi qui n’a connu quelques manifestions sporadiques à travers le pays, ce jeudi tout le pays est en ébullition. Plusieurs villes du Togo sont paralysées par les manifestations des élèves qui bloquent les rues avec des pneus brûlés.

0d77511af28edff9982f6b0b2eb7aca3_LDepuis ce matin, la plupart des localités de l’intérieur du pays  sont en ébullition. Que ce soit à Amegnran dans la préfecture de Vo, à A Dapaong,  des élèves des établissements comme le Lycée Dapaong Ville, le Lycée de Nassablé Dapaong et du Cretfp ont délogé tous les autres établissements, à Tablibgo ou encore à Kpalimé et Bassar, la situation est surchauffée. Les élèves  réclament les cours dans les rues et ont bloqué la circulation.

Selon des informations sures, la ville de Dapaong est actuellement sous haute surveillance  militaires 834018 834009avec les bérets rouges, des policiers, des gendarmes, etc il en est de même à Kpalimé où des élèves auraient été bastonnés par les forces de l’ordre et les portables qui servent pour filmer la manifestation confisqués. Les manifestants ont paralysé l’examen du BAC1 Sport qui était en cours à Tabligbo. A kanté, les gaz lacrymogènes ont été tiré pour disperser les élèves. 834009_3

Cette nouvelle situation est liée aux précomptes sur les salaires des enseignants ayant observé le mot d’ordre de grève et qui disent ne plus dispenser des cours pour lesquels ils ne sont pas payés.  Selon le chargé à l’information de CSET, regroupement des enseignants qui a lancé ce mot d’ordre de grève, certains enseignants ont vu leur salaire amputé de 80 voire 120 mille. Les chapitres en questions sont donc considérés par les enseignants comme faits. Ce qui suscite le mécontentement des élèves.

 

JCB