visites

Togo, les OSC à l’école du contrôle citoyen de l’action gouvernementale

Dans le cadre du processus de décentralisation en cours au Togo, les organisations de la société civile togolaise se mettent en ordre de bataille pour l’instauration de la bonne gouvernance à la base à travers le contrôle de l’action publique. C’est dans ce contexte que  la Coalition des organisations de la société civile pour un développement inclusif (COSCIDI ) organise du 03 au 04 Août, un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la société civile.

Cette rencontre vise à donner aux participants les outils nécessaires pour le contrôle citoyen de l’action publique à la base. Ceci, afin de permettre à la société civile d’acquérir des compétences techniques dans le contrôle des actions publiques ainsi que la maîtrise des techniques de plaidoyer et de lobbying.

Selon le secrétaire général de COSCIDI, M. Richmond BEKLEY, « l’influence des OSC est limitée en matière de mécanisme de contrôle citoyen de l’action publique, à cause de leur faible capacité à adopter une démarche professionnelle systématique et méthodique de plaidoyer axée sur les résultats ».

En effet, le Togo engagé depuis ces dernières années dans  le développement inclusif et la lutte contre la pauvreté, a mis en œuvre divers programmes tels que la SCAPE, le Plan National de Développement (PND), qui permettront  la mise en œuvre des politiques publiques du pays et qui nécessite l’implication active des OSC dans le contrôle de l’action des gouvernants.

Pour, M. Gustave Assah,  consultant formateur, il est important d’aller vers une société civile plus responsables et représentative qui s’approprie les actions du gouvernement et qui utilise le principe du dialogue  avec les gouvernants comme outil de travail. Car dans le processus de décentralisation en cours au Togo, la société civile a un rôle important  à jouer dans le développement local et national en vue de l’instauration  de la bonne gouvernance et la démocratie à la base. Gustave Assah invite enfin, les organisations de la société civile à s’approprier les actions du gouvernement.

Au cours des deux jours de formation, les principaux formateurs,  Gustave Assah et Marie Joëlle D. Kei, auront à entretenir les 70 participants  issus de 50 OSC, sur  « le Rôle de la société civile dans le processus de développement d’un pays » et « les techniques de Plaidoyer, du lobbying et outils de contrôle de l’action publique».

 

JCB