visites

Togo/Réformes, 11 partis d’opposition se remettent au peuple

Depuis quelques temps, des tractations étaient en cours pour un probable rapprochement entre le Cap2015 et le groupe des six partis, les deux principaux blocs de l’opposition togolaise afin d’obtenir du pouvoir de Lomé, les réformes institutionnelles et constitutionnelles. Le pacte de ce rapprochement a été scellé ce jeudi, avec une conférence de presse conjointe animée par les deux grands blocs.  

L’objectif de cette conférence de presse de ce jeudi, est d’appeler la population à se mobiliser pour arracher les réformes tant attendues au Togo depuis 2006 avec la signature de l’Accord Politique Global(APG).  Le combat pour l’Alternance Démocratique(Cap2015) et le Groupe de six partis de l’opposition ont manifesté au cours de cette rencontre avec la presse nationale et internationale, leur désir de se mettre ensemble afin de mieux mobiliser le peuple en vue de l’obtention des réformes institutionnelles, constitutionnelles et politiques.

Il s’agit en effet de se départir de l’idéologie de chaque parti politique et se mettre d’accord sur l’essentiel, l’alternance démocratique au Togo. Car cette idéologie de chacun pour soi, n’a rien apporté au peuple depuis 27 ans de lutte démocratique au Togo.

« Nous voulons juste lutter ensemble pour avoir les réformes. Nous avons laissé les autres choses pour se consacrer à ce qui nous rassemble » a précisé le chef de file de l’opposition togolaise et président de l’ANC, Jean-Pierre Fabre au cours de la conférence de presse.  Pour lui, l’important désormais est de travailler ensemble dans l’intérêt général du peuple togolais après avoir perdu assez de temps. Si par le passé plusieurs alliances de l’opposition ont eu à échouer, le président national des FDR, Paul Dodji Apévon pense que ce n’est pas une raison pour ne plus se mettre ensemble.

Fondamentalement, l’essentiel de la conférence de presse était aussi de mettre le peuple au-devant du combat. Faire de sorte que le peuple s’approprie désormais la lutte pour l’obtention des réformes telles que voulues par l’APG.

 « Quand un chef d’Etat refuse d’appliquer un accord qu’il a signé pour apaiser la tension dans le pays, quand un président de l’assemblée nationale, viole le règlement intérieur de l’assemblée nationale, ce n’est pas des hommes politique qu’on se fout, c’est de vous, le peuple » a lancé  directement Jean-Pierre Fabre à l’endroit du peuple. Bref, l’opposition veut se rabattre vers le peuple pour constituer un rapport de force crédible face au pouvoir de Lomé afin d’obliger celui  à opérer les réformes.

Si cette démarche est à saluer, il n’en demeure pas moins, qu’il faut élargir la démarche aux autres partis de l’opposition n’ont membres de ces deux entêtées  afin qu’il n’y ait plus de voix dissonantes dans le nouveau combat que veut mener l’opposition. Aussi faudrait-il que ces partis évitent les intérêts politistes qui ont de tout temps été à l’origine de l’échec des autres coalitions et ou alliances dans le passé. Surtout, à l’approche des échéances électorales.

                                                                                                                                                            JCB