visites

UA : C’est parti pour la ZLEC, le sommet de Kigali aura été le bon

Après plusieurs tentatives non fructueuses, les dirigeants africains présents à Kigali pour le sommet extraordinaire de l’Union africaine, ont signé l’accord sur l’instauration d’une zone de libre-échange continentale. Le plus dur commence désormais, avec la ratification du projet.

L’accord prévoyant la mise en place d’une zone de libre-échange continentale (ZLEC) a été signé mercredi lors de la cérémonie de clôture du sommet extraordinaire de Kigali.  « Ce jour est historique. Après Addis-Abeba en 1963, Abuja en 1991, Durban en 2002, Kigali marque une nouvelle étape dans notre marche vers plus d’intégration », a déclaré Moussa Faki, le président de la Commission de l’Union africaine lors de la cérémonie de clôture. « Nous avons plus de quarante pays qui ont accepté de signer l’accord sur la zone de libre-échange [sur 55, NDLR], nous pouvons être fiers du travail accompli », a-t-il déclaré, sans plus de précision.

C’est le ministre togolais des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey représentant le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé qui, à l’instar d’une quarantaine de pays, a signé les trois accords qui consacrent la naissance de cette Zone de Libre Echange Continentale (ZLEC)  regroupant 55 pays.

Pour rentrer en vigueur, la ZLEC doit obtenir la ratification d’au moins 22 pays. L’objectif du ZLEC est d’avoir un marché commun africain et une union économique monétaire à l’échelle continentale.