visites

Voici comment et pourquoi le Togo  ne peut pas être un pays émergeant en 2030

Il est désormais claire que le Togo a atteint et dépassé le seuil de son endettement même si en son temps, quand ‘’Veille Economique’’ tirait sur la sonnette d’alarme par rapport au surendettement du Togo, les responsables de cette organisation étaient vus comme des oiseaux de mauvaise augure. Les faits ont fini par les donner raison et encore une fois, ils reviennent à la charge pour faire leur travail de veille, en attirant l’attention des togolais sur ce que sera  l’intérêt de la dette publique du Togo en 2017.

Ainsi, pour le compte de cette année 2017 seulement, selon le président de ‘’Veille Economique’’, Thomas Koumou «  les intérêts prévisionnels sur la dette publique du Togo pour l’année 2017 sont de 56 353 337 000 FCFA». Selon les analyses de cet économiste, ‘’le coût additionnel de la dette publique du Togo, dans les conditions de parité monétaire fixe face aux devises dans lesquelles ces intérêts seront payés et face à la fixité des taux d’intérêts, est de 154,39 millions de FCFA par jour, 6 433 029 FCFA par heure, 107 217 FCFA par minute, 1 786 FCFA par seconde’’.

Si l’on part du constat selon lequel, ce coût additionnel était il y a deux ans de seulement 400 FCFA, tout semble évident que la dette du Togo sera sans cesse croissante. Ce qui rendra l’émergence du pays assez problématique voire impossible d’ici 2030 comme tablent les dirigeants togolais.

JCB