visites

Voici les propositions économiques des deux candidats qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle en France

Les programmes économiques sont diamétralement opposés. D’un côté, celui d’Emmanuel Macron, pro-européen. De l’autre, celui de Marine Le Pen, favorable à une sortie de l’Union européenne et à l’abandon de la monnaie unique pour un retour au Franc. Ce sont deux visions de l’économie qui s’opposent, et des propositions bien différentes.

L’Europe

is (1)Des différences cristallisées évidemment par les propositions sur l’Europe. Emmanuel Macron souhaite instaurer l’harmonisation sociale en Europe (formation, santé, chômage, SMIC…). Il est également favorable à la création d’un gouvernement économique au niveau européen et la mise en place d’un budget de la zone euro. Ce gouvernement économique pourrait permettre des transferts financiers entre Etats membres, et emprunter sur les marchés financiers. Autre proposition européenne du candidat d’En Marche, réserver l’accès aux marchés publics aux entreprises dont au moins la moitié de la production est en Europe.

A l’inverse Marine Le Pen prône la sortie de l’Euro, de l’espace Schengen, et un référendum sur le maintien ou non de la France au sein de l’Union européenne.

Fiscalité et retraite

Marine Le Pen prône une baisse des impôts sur le revenu pour les trois premières tranches, d’environ 10%. La candidate FN souhaite également fixer le départ à la retraite à 60 ans, avec 40 annuités, pour percevoir une retraite à taux plein.is (2)

Emmanuel Macron veut lui une exonération de la taxe d’habitation pour 80% des Français. Une proposition qui coûterait 10 milliards d’euros. Le candidat assure que l’Etat compenserait les pertes pour les communes, jusqu’au dernier centime. Concernant la retraite, Emmanuel Macron propose de mettre à plat les différents régimes existants, et maintient le départ à 62 ans, avec un alignement de tous les régimes de retraite sur celui du privé.

Chômage et emploi

Emmanuel Macron souhaite modifier l’accès aux indemnités chômage. Il veut que les indépendants et les démissionnaires puissent y avoir accès, sous réserve de conditions. Il souhaite également que l’assurance chômage soit gérée par Bercy et non plus par le patronat et les syndicats.

De son côté, Marine Le Pen veut mettre en place le principe de la préférence nationale. Pour inciter les employeurs à recruter des Français, elle veut créer une taxe sur tout nouveau contrat d’employé étranger. A l’inverse d’Emmanuel Macron, elle souhaite abroger la loi Travail.

Dépenses et budget

Emmanuel Macron prône la rigueur, avec la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, une économie de 75 milliards d’euros, et un plan d’investissements de 50 milliards.

Politique opposée pour Marine Le Pen, qui souhaite recruter des fonctionnaires, augmenter leur point d’indice et évoque des plans d’investissements.

Pouvoir d’achatis (3)
Marine Le Pen propose, pour augmenter le pouvoir d’achat, la baisse du prix de gaz et de l’électricité réglementés et une prime de 80 euros par mois, versée par l’Etat, pour les salaires inférieurs à 1 500 euros mensuels.

 

Emmanuel Macron propose lui une augmentation du minimum vieillesse et de l’allocation adulte handicapé (de 800 euros pour une personne seule, ces allocations seraient augmentées de 100 euros). Il propose également le versement automatique des aides, sociales, regroupées en une seuleis (1)